LES FILAMENTS LUTINS

 

Comme la fée

Saupoudre d’étincelles vermeilles

Les sous bois frémissants de vie,

 

Comme le soleil

Palpe les rouleaux mousseux

Des étendues neigeuses de nuages,

 

Comme toute lumière

Rappelle aux mondes ténébreux

L’étreinte nécessaire des ombres et des prières,

 

Qu’ainsi se lève,

A la fin du rite de passage

Aux confins de la torpeur des âges

Quand se taisent les rires des fous et les plaintes des sages

Les filaments lutins de ma joie.

 

 
 
 

 


| Back | The Gate of Isis | Index |