CAFE MAURE A RABAT

Mallarmé chantait l’azur
Mais les poètes n’en sont plus surs.

Ils voulaient connaître le miel
Ils ont mordu le fer.

Ils ont pris l’arc-en-ciel
Pour le jeter à terre.

Lorsque toutes les couleurs se fondent
C’est le blanc qui demeure.

Parcourons donc le monde
Pour traverser ses lueurs.

Et pourtant
Si je puis être la plage ou croule ces vagues

Je comprendrai
Ce que tu voulais.

 

 
 
 

 


| Back | The Gate of Isis | Index |