Beauté

L’apanage royal en soi-même se résorbe
La maîtrise du sceptre, la majesté de l’orbe,
Un regard dans lequel le regard se noie
Un diamant qui voit et devant qui tout ploie.
Je ne puis recevoir qu’a travers ces larmes
La stupeur qui toujours désarme,
Cette blancheur sanglotante des lys
Que l’on contemple sans que rien n’y puisse
On ne peut être que silencieux
Pour pureté merveille, car elle descend des cieux.

 

 

 
 
 

 


| Back | The Gate of Isis | Index |