MOULAY DRISS

Au mausolée d’Idriss Premier
La grâce vous ferait presque trembler.

Assis dans un cube de glace
Et l’immanence prend place,

Tout palpite dans le silence
Je ne bouge ni ne pense.

Être un portail vers Ton immensité,
Se fondre dans l’espace et sa volupté.

Être la coupe qui verse le flot du ciel,
Effaçant l’histoire et son plein de fiel.

Je m’incline devant le Prophète,
C’est Sa joie et c’est ma fête.